Le Métier à Tisser

retour

 

 

Le métier à tisser utilisé dans la grande majorité des pays Africains ne permet, par les dimensions de ses outils, que de tisser des bandes de tissu d'environ 10cm de large.

Ces bandes seront ulterieurement assemblées par une couture pour constituer un pagne de grande largeur.

Les tissus obtenus à partir de ce procédé sont en général très colorés comme au Ghana et surtout à motifs géometriques.

le metier en lui même est très archaïque , sa structure ne servant qu'à suspendre les différents outils tels que

-la poulie,le peigne, et les double-lices auxquelles sont accrochées deux pédales très rudimentaires et qui sont actionnées par les doigts de pieds.

la poulie : elle est la pièce la plus élaborée du metier, celle qui identifie le tisseran ;en effet c'est une pièce de bois en genéral très joliment sculptée et commandée spécialement au sculpteur,par le tisserand ;elle présente un corps sculpté correspondant à l'ethnie traversée par un axe qui soutient une bobine qui peut parfois être une simple bobine de fil;elle est relée à chaque lice et permet par l'action successive des pieds de faire monter l'une et descendre l'autre de manière à séparer les fils pairs des fils impairs afin de laisser passer la navette dans laquelle est enroulé le fil de trame

Le Peigne :

IL est constitué de dents en nervure de feuilles de palme séchées montées entre deux pièces de bois dont celle du bas sert de lest.

chaque fil est guidé à travers ces nervures et le tisserand s'en sert pour tasser les fils après le passage de la navette .

Cette navette est également en bois taillée en forme de "pirogue" et dans laquelle est insérée une bobine qui tourne autour d'un fil metallique; c'est autour de cette bobine que l'on enroule le fil de trame .

les fils de lice sont extrêmement longs de manière à pouvoir tisser une longue bande de tissu qui sera ensuite coupée puis assemblée.Ils sont maintenus tendus grace à une lourde pierre qui sert de contre-poids età laquelle ils sont reliés.